Optic à la Maison, votre opticien en ligne spécialiste de l'achat des verres progressifs.

De la qualité de nos mesures ...

Pourquoi la prise de mesure est aussi fiable en commandant sur le site qu'en magasin ?

Ecart pupillaire

Pour rappel, l’écart pupillaire correspond à la distance entre le centre des deux pupilles. Il est en fait la somme des deux demi-écarts pupillaires.

Notre visage n’étant jamais totalement symétrique, le demi-écart pupillaire offrira encore plus de précision pour le centrage des verres. C’est la distance entre le centre de la pupille et le milieu de l’arête nasale.

On parle de demi-écart pupillaire droit et de demi-écart pupillaire gauche.

Nous allons maintenant vous démontrer pourquoi la prise de mesure via le site est aussi fiable qu’en magasin.

Tout d’abord nous avons pris une première précaution : faire prendre la mesure par l’opticien et non par l’internaute. La prise de mesure n’est pas un acte anodin ; elle implique de l’expérience et de la précision.

C’est la raison pour laquelle l’internaute envoie une photo de son visage sur lequel se trouve accolée au niveau du canthus externe de l’œil, une carte vitale (ou une carte bancaire).

La dimension de la carte vitale étant connue, l’opticien détermine facilement l’écart pupillaire en appliquant une règle de trois (photo 1 et photo 2).

Exemple :

 En magasin, en utilisant le pupillomètre (photo 3), les deux demi écarts pupillaire sont de 30,5 mm (photo 4). 

En utilisant la photo envoyée par mail on trouve deux demi écarts pupillaire de 17 mm. La hauteur de la carte vitale sur la photo est de 30 mm. Sachant que la hauteur à l’échelle normale de la carte vitale est de 54 mm, il suffit d’appliquer la règle de trois pour avoir les demi écarts pupillaire à l’échelle normale, soit (17 x 54)/30 = 30,6 mm. 

On retrouve les mêmes résultats qu’avec l’appareil, sachant que la marge d’erreur tolérée pour une prise de mesure est de 2 mm par œil. Nous sommes bien en deçà de cette tolérance.

Photo 1: le client envoie sa photo avec sa carte vitale  Photo 2: l'opticien déduit l'écart pupillaire à l'aide d'une simple règle de trois   Photgo 3: l'opticien prend la mesure à l'aide de son appareil   Photo 4 : la mesure lue directement sur l'appareil    

Hauteur (verres progressifs)

Tout comme la mesure de l’écart pupillaire, la mesure de la hauteur est effectuée exclusivement par l’opticien.

C’est une mesure fondamentale pour les verres progressifs, dans la mesure où elle permet au porteur d’avoir sa pupille située dans la zone « vision de loin » du verre progressif.

Un verre progressif est constitué de trois zones :

  • La vision de près (en bas du verre) permet la lecture par exemple.
  • La vision intermédiaire permet de travailler sur un instrument de musique ou sur un ordinateur.
  • La vison de loin dont la zone se situe dans la partie haute du verre, est celle dont on se sert le plus. Elle permet de voir de plusieurs mètres à l’infini.

Il va de soi qu’un centrage du verre effectué au niveau de la vision intermédiaire ou de la vision de près, est extrêmement préjudiciable pour le porteur de lunette. 

Il oblige le porteur à ajuster sa monture sur le nez (en la baissant), de manière à pouvoir avoir l’espace « vision de loin » au niveau des pupilles.

Un mauvais centrage peut par ailleurs, entraîner des migraines extrêmement douloureuses.

C’est la raison pour laquelle une bonne prise de mesure de la hauteur est un élément fondamental pour le confort de vision.

Cette  mesure correspond à la distance entre le centre de la pupille et le bas de la monture, à la verticale du centre de la pupille.

La personne envoie par mail sa photo avec la monture choisie (photo 5). Sur le feuillet A4 correspondant à l’impression de la photo, la distance entre le centre de la pupille et le bas de la monture indique 9 mm pour l’œil droit et 9 mm pour l’œil gauche (photo 6). 

Etant donné que nous connaissons la taille de la monture (50 mm), il suffit d’appliquer une règle de trois afin de connaître la taille réelle. 50 mm en réel correspond à 19 mm sur le document imprimé. 

Par conséquent, la hauteur à l’échelle réelle est de (9 x 50)/19 = 24 mm.

Grâce à cette mesure nous avons la garantie que sa pupille sera au niveau de la vision de loin et donc le confort du porteur sera optimal.

  Photo 5 : le client envoie sa photo avec sa carte vitale     Photo 6 : l'opticien déduit l'écart pupillaire à l'aide d'une simple règle de trois